Archives de catégorie : Art textile

articles art textile

Apprentissage, partage, rencontre, c’est jour de stage!

Apprentissage d’une nouvelle technique, partage des connaissances et des expériences de chacun, rencontre avec  d’autres qui me ressemblent, qui ont les mêmes intérêts que moi,  c’est tout cela et plus encore un jour de stage.

Je viens de participer à une journée  ayant pour thème l’appliqué inversé et les molas. Ce n’était pas une découverte mais il y avait très longtemps que je n’avais utilisé cette technique. Alors, j’ai écouté, j’ai dessiné un cœur,  puis j’ai cherché des tissus et je me suis mise à coudre. Retrouver le travail à la main a été très agréable.  De retour à la maison, j’ai continué mon ouvrage et je l’ai terminé.

Je suis de celles qui finissent leur ouvrage. Dans mon atelier, il n’y a pas de boîtes d’ouvrages non terminés. Je termine, je vais au bout de l’exercice. C’est comme cela pour que je progresse, que le découragement ne me guette pas.   Un tableau, la page d’un livre, un sac… qu’importe, l’important, c’est que l’ouvrage soit terminé et que je puisse le montrer. Je suis heureuse de le partager avec vous.

 

 

Un ami, deux amis… quatre amis, des amis!!!

Un ami, deux amis, trois amis, quatre amis, des amis, des moments partagés et à partager!

Cet ouvrage est le premier où des personnages sont présents. Tous ont le même format de visage: un bel ovale, mais à chacun sa personnalité, sa différence. A chacun, son expression, ses matériaux. Tous amis, tous semblables, tous différents.

Avoir des amis, partager ensemble des moments agréables, c’est essentiel! Ne l’oublions pas! Cultivons l’amitié, nous ne le regretterons pas!

Des couleurs comme souvenirs de voyage…

De retour de randonnée, que reste-t-il dans ma mémoire? Des couleurs!!!

J’ai aimé randonner en Sologne. La marche n’y est pas difficile. Les maisons sont en briques, plutôt petites, avec un reflet orangé très agréable. Les étangs sont nombreux, les reflets dans l’eau,magiques. Les forêts sont vertes, une douce lumière passe entre les feuilles des arbres, tout est calme, reposant.

Peu de paysages, pas de point de vue, la forêt, des étangs et des villages. Tout seul, ce serait un peu triste mais en groupe, j’aime. On peut parler, échanger, s’émerveiller devant un chevreuil au loin, une envolée de canards, une jolie maison, des petites fleurs qui poussent le long du chemin…

Pour évoquer ce voyage, j’ai choisi ce crazy tout vert rebrodé de petites fleurs. Ce n’est pas la Sologne mais c’est le même souvenir, la même lumière, les mêmes couleurs. C’était une image de mon jardin au printemps, cela aurait pu être le souvenir d’une promenade dans les bois en Sologne.

Un ouvrage et quatre mains, une expérience.

Un ouvrage et quatre mains pour le réaliser, c’est une expérience, presque une aventure, un souvenir aussi.

C’était, il y a quelques années déjà, mais en retrouvant la photographie de ce petit ouvrage, j’ai retrouvé le plaisir que nous avions eu à le réaliser.

Ma fille avait envie de créer un ouvrage mais elle ne savait pas comment faire. Alors, on l’a fait ensemble. Que fait-on? On coud à la main, à la machine, un peu des deux? Les couleurs, la taille de l’ouvrage, tout est sujet à discussion. On se décide, le temps de réalisation sera court. Il nous faut un résultat  rapidement.

J’explique, je couds, elle coud, on échange, on partage, on fait des essais, il faut se mettre vite d’accord car le temps presse. Bientôt, ce petit ouvrage apparaît. Il me plait beaucoup, il plait à ma fille. Nous sommes heureuses du résultat. Elle l’emportera chez elle.

Créer ensemble un ouvrage, le finaliser rapidement, partager, échanger, expliquer, se féliciter du résultat, c’est une expérience, une aventure et … beaucoup de bonheur!!!

 

 

Les lumières du printemps, je les attends…

Les lumières du printemps, je les attends…

Une envie de printemps en plein hiver, il me faut inventer un ouvrage. Des tissus verts, des fils, du plastique fondu, de l’imagination, de la réflexion, de la couture, un peu de broderie, et les lumières du printemps apparaissent sur ma table de travail.

Accrocher cet ouvrage dans la maison, c’est une jolie manière d’oublier le mauvais temps et d’attendre que les beaux jours reviennent.

Il fait encore froid, il pleut trop souvent à mon goût, mais quelque chose a changé dans l’air. Le printemps s’installe.

Les oiseaux chantent, les fleurs s’épanouissent,  les arbres bourgeonnent, le paysage prend des couleurs. Le jour se lève plus tôt et la nuit arrive plus tard, la lumière change.  Il n’y a plus de doute, le printemps est là!

Vive le printemps et ses lumières… un peu magiques!!!

Une couronne de fleurs bleues.

Dans la maison, la couleur s’installe. L’arbre de Pâques est posé sur le buffet. Ces sont toujours les mêmes œufs  bleus qui le décorent, ceux teints il y a bien longtemps en Allemagne avec Barbara. C’est avec joie que je les retrouve.

Pour compléter la décoration, il y a des lapins en paille un peu partout et … une couronne de fleurs bleues.

Sur un fond fait de bandes de tissu bleu très clair, j’ai brodé en piqué libre une couronne de fleurs  puis,  à la main, j’ai ajouté des points de broderie pour donner du relief.

Accrocher un ouvrage pour compléter la décoration de la maison, c’est donner du sens au temps que je passe à coudre et à broder. C’est profiter du bonheur de créer, c’est aussi le partager.

 

Broder des lettres, une aventure?

Broder des lettres, c’est toujours une aventure. Maintenant, personne ne brode son linge. Alors pourquoi broder des lettres sinon pour le plaisir. Broder notre initiale, celles d’un être cher, ou tout simplement  une lettre qui nous parle, qu’on aime bien ? Peu importe, l’important est ailleurs.

Moi, j’aime beaucoup les lettres majuscules. Elles sont majestueuses, parfois compliquées, sophistiquées. J’aime les tracer sur le papier, les décorer. J’aime aussi les broder.

Mais que faire de ces broderies? Les abandonner dans ma boîte à ouvrages, pas possible! Alors, il faut imaginer une histoire autour de ces lettres brodées. Les assembler, ajouter d’autres tissus, d’autre broderies.

Après avoir brodé  deux lettres un T et un R, j’ai cherché des tissus, trouver des fils, des perles. Une aventure était en marche. J’ai cousu, plissé, brodé, attaché. un ouvrage est né. Les lettres brodées avaient une histoire!

Qui brode des lettres aujourd’hui? Moi de temps en temps , et vous peut-être?

Que faire des serviettes de ma grand-mère?

Que faire des serviettes  que ma grand-mère avait brodées? Les utiliser comme linge de table, ce n’était pas possible. Les conserver dans l’armoire, pas possible non plus. Et pourtant, je n’ai pas envie de m’en séparer. Une solution, les transformer!

Je les ai beaucoup regardées, observées.  Les lettres , les bordures , même les coins étaient brodés. J’ai découpé des rectangles, ne gardant que l’essentiel à mes yeux. J’ai cherché des tissus unis assortis et j’ai aussi découpé des rectangles.

J’ai posé, superposé, déplacé les rectangles de tissus. Trouver la bonne composition n’était pas facile. Sur un tissu blanc, j’ai collé tous les morceaux de tissu. On retrouve les serviettes, leur tissu, les broderies de ma grand-mère. Rien ne se perd, tout se transforme!

Les serviettes de ma grand-mère ont une deuxième vie!!! Elles ne seront pas abandonnées au fond d’une armoire. Elles sont la mémoire du passé, et ainsi présentées restent actuelles aujourd’hui.

 

Des roses en hiver, du bonheur!

Des roses en hiver, c’est du bonheur, c’est toujours magique, c’est de la joie qui entre dans la maison.

Il y a le vase, posé sur la table ou sur le coin du buffet.  Il y a aussi les ouvrages que l’on crée au hasard des tissus qu’on rencontre.

Dans un lot de tissus précieux, j’ai trouvé des imprimés, dont un avec des roses. Ces roses m’ont inspiré ce tableau.

Sur un feutre de laine grise, j’ai appliqué des rectangles découpés dans les coupons proposés. Puis, j’ai brodé et couché des fils tout autour. Il fallait que cela tienne!!!  Un joli encadrement argenté a donné la touche finale. J’adore cet ouvrage!

C’est toujours un peu compliqué de travailler avec des tissus précieux. Ils glissent, ils n’ont pas de tenue. Mais il faut persévérer, et des ouvrages magnifiques apparaissent sous nos mains. Et un ouvrage que l’on aime, c’est du bonheur toute l’année!

 

Le jardin de Marie-Rose.

Le jardin de Marie-Rose, c’était celui de ma grand-mère. Il était minuscule, on pouvait à peine y entrer, il n’était pas très accueillant, les plantes avaient des piquants, il ne fallait surtout pas y toucher. Et pourtant, que de souvenirs près de ce jardin !

Pour utiliser un fond de crazy que j’avais cousu comme essai d’une nouvelle technique, j’ai imaginé un jardin, tout petit comme celui de Marie-Rose. Quelques formes de tissu,  du  piqué libre,de la broderie, et des fleurs  sont apparues.

Ce jardin n’est pas celui de ma grand-mère. Il ne lui ressemble en rien, peut-être les couleurs et encore. Mais son ambiance  est la même!