Archives par mot-clé : art textile

Une rencontre, une idée, une multitude de réalisations.

Ma rencontre avec Dominique Degois  m’a fait découvrir la tapisserie et ses techniques. Depuis, j’ai utilisé le carton de ma tapisserie pour créer une multitude de réalisations en Art Textile. Ce fut un vrai bonheur! 

J’ai rencontré Dominique en octobre dernier. Elle fait de magnifiques tapisseries. Elle m’a invitée à son atelier, j’y suis allée curieuse de découvrir une technique que je ne connaissais pas. 

Tout était différent de ce que je fais habituellement. J’ai suivi les conseils de Dominique à la lettre. Trouver une idée, faire un carton, choisir des laines, monter la chaîne, puis tisser, et encore tisser. Quelquefois difficile, parfois un peu décourageant, souvent enthousiasmant, aujourd’hui mon ouvrage est terminé. Il va de guingois mais il représente bien mon idée de départ. De cette expérience sont nées d’autres créations en Art Textile cette fois. J’ai décliné l’idée de départ en utilisant des matériaux variés: feutre, tissus, toile de store… 

Géométrie

J’ai réalisé des petits tableaux, des cartes et … cette tenture. De la gaieté, de la rigueur, un brin de fantaisie, l’idée de départ est là. Si vous avez envie de la découvrir « en vrai »,  elle sera exposée tout l’été à Chartres. 

En effet, ACTIDOM 28, une entreprise de service à la personne propose une exposition de mes créations de juin à septembre. N’hésitez pas, venez découvrir mon univers. C’est à Chartres, rue de la Place Drouaise.

Ouvrir sa boîte aux lettres, y trouver une carte.

Ouvrir sa boîte aux lettres et y trouver une carte dans sa boîte aux lettres, c’est un moment qui arrive rarement aujourd’hui. Un message, un texto, une photo envoyée par internet, c’est  bien. On se dit: « On a pensé à moi, à nous. ». Une carte, c’est autre chose! 

Ouvrir la boîte aux lettres, jeter un œil sur le courrier: des publicités, des factures et… une carte, On devient attentif. On se pose des questions: Qui ? Pourquoi? … On ouvre l’enveloppe, et on a les réponses. J’adore!!! 

Des fleurs bleues.

Moi, j’aime créer des cartes. Le plus souvent, elles sont en art textile. Je les fabrique en petites séries. J’en ai toujours  prêtes à être envoyées dans mes tiroirs.  

Parfois, je me mets au travail pour un événement particulier: une naissance, un anniversaire, un mariage, ou bien un deuil. Une carte dans tous ces moments de la vie, c’est important, on peut la garder, la ranger dans un placard et le retrouver beaucoup plus tard. Rarement, on la jette. 

Alors, qui trouvera bientôt une carte dans sa boîte aux lettres? 

Des fleurs rouges, tout un programme!

Des fleurs rouges, tout un programme! C’est la gaieté, la joie de vivre, tout va bien quand les fleurs sont rouges.
Elles m’inspirent. Cet ouvrage est le dernier que j’ai réalisé sur ce thème. Il m’a permis de partager ma façon de faire. Expliquer comment je fais, pas si facile. Moi, quand je couds, je ne vois pas les difficultés, je suis dans l’instant.

Poppies

J’ai fourni à chacune un tissu de fond, des tissus rouges, du fil vert et du fil noir. Découper des ronds sans les tracer, pas trop gros, ni trop petits. Les disposer sur le tissu, puis les maintenir par des points de nœud avec du fil noir. Ensuite, broder les tiges en point d’arête avec le fil vert. Je ne réalisais pas vraiment les difficultés qui furent surmontées dans la bonne humeur.

A la fin de l’après-midi, tout le monde avait un joli petit panneau, tout le monde était heureux. Cela m’a donné envie d’en coudre encore des fleurs rouges…

Le printemps s’est exposé aux jardins de Chartres.

Le printemps s’est exposé à l’EHPAD « les jardins de Chartres. Avec Marylou Belle, ce fut l’occasion de montrer nos créations textiles. Une exposition, une animation pour les résidents, des rencontres, ce fut une belle semaine.

Les portes se sont refermées. Au-delà des souvenirs, la vidéo reste le moyen le plus vivant pour retrouver l’ambiance de cette exposition.

A très bientôt, pour une autre exposition d’art textile bien sûr!

L’exposition à l’EPHAD « les jardins de Chartres » se termine…

Depuis une semaine déjà, l’EHPAD les jardins de Chartres propose une exposition de mes créations et celles de Marylou Belle sur le thème du printemps. C’était pour cet établissement une première. Mardi, elle se termine.


Jeudi après-midi, nous avons participé à une animation avec les résidents. C’était le moment d’expliquer ce qu’est l’Art Textile. Nous avons parlé de ce qui nous inspire, des matériaux et des techniques qu’on utilise. Ce fut un moment convivial.

Bientôt, l’exposition se termine, nous décrocherons nos œuvres. A leur place, les résidents retrouveront les tableaux qui font le décor de la salle principale d’habitude. J’espère que cette exposition fut une parenthèse agréable dans leur vie.

Peut-être que, bientôt, d’autres artistes viendront à l’EHPAD les jardins de Chartres pour montrer leur travail aux résidents mais aussi au personnel et aux visiteurs. Une exposition, c’est l’occasion d’ouvrir les portes à tous ceux qui veulent bien entrer. N’hésitez pas, si on vous y invite, entrez!

Se laisser surprendre, une certaine idée de la vie…

Se laisser surprendre, l’accepter, c’est une certaine idée de la vie, peut-être même une philosophie.

Regardez cet ouvrage. les difficultés pour le réaliser ont été nombreuses. J’avais brodé des feuilles de magnolia. Mais qu’en faire? Comment les mettre en scène?

Magnolias

Trouver des tissus, les assembler puis matelasser le fond, c’était déjà une épreuve. Mais attacher les feuilles brodées sur le tissu en fut une autre. Trouver la bonne idée, faire des essais, en parler. Chercher dans ma boîte à trésors le petit quelque chose qui fera que mon ouvrage sera vivant. Enfin, l’ouvrage est terminé, prêt à être exposé. Une autre étape commence!

Dans ce travail, il y a un savoir-faire, de la réflexion et de l’inattendu parce que les objets ont à dire dans la création et leur assemblage est parfois un mélange subtil qu’il faut trouver. C’est tout le plaisir de créer!

Se laisser surprendre, savoir attendre, s’étonner, c’est une certaine idée de la vie.

De retour du Jura, je me souviens…

De retour du Jura, je me souviens… des moments agréables passés ensemble, de la découverte des randonnées en raquettes, de la beauté des paysages.

Les couleurs m’avaient séduite. Les contrastes m’avaient surprise. La neige brillait sous le soleil de l’hiver. La forêt très sombre des épicéas dessinait la courbe des montagnes. Le chemin serpentait, semblant ne jamais s’arrêter. Au milieu des champs, les arbres se dressaient fiers, tellement puissants.

A mon retour, je me suis mise à la recherche de tissus et de fils pour garder en mémoire ce séjour à la montagne. Peu à peu, j’ai retrouvé la neige, le chemin, l’arbre dépouillé de ses feuilles et les épicéas serrés les uns contre les autres, le ciel bleu.

Le Jura, c’est terminé, du moins pour cette année! Bien sûr, il restera des photos, quelques cartes que j’aurai cousues et le souvenir des moments partagés. Bientôt, il y aura d’autres aventures, d’autres randonnées … et d’autres créations textiles.

Un geste d’autrefois: repriser un vêtement.

C’est un geste d’autrefois que je fais très rarement: repriser un vêtement. Et pourtant, je lui dois beaucoup. Grâce à lui, aujourd’hui, je couds, je brode, je crée, je fais de l’ART TEXTILE.

Raymonde a accompagné mes premiers pas en couture. Elle m’a appris à repriser. J’aimais bien mais je me suis un peu lassée au bout d’un certain temps. J’ai donc commencé à broder. Tout un univers s’ouvrait devant moi.

Maintenant, il est très rare que je reprise. Ce matin, j’ai ressorti mon matériel pour reboucher un trou sur la manche d’un pull. Une longue aiguille, du fil à repriser, mon œuf en bois, et c’était reparti! Bientôt, la reprise ne se verra plus, je vais coudre un coude dessus. Moi, je saurai que dessous, il y a une belle reprise.

Me souvenir de mes débuts, de la façon dont j’ai commencé à coudre, à apprivoiser le fil et l’aiguille. C’est un peu de nostalgie, beaucoup de moments partagés. C’était le chemin vers l’ART TEXTILE!

Redonner de la vie aux feuilles mortes.

Redonner de la vie aux feuilles mortes, est-ce une bonne idée? Ce n’est pas très facile, une feuille morte, c’est fragile. Broder une feuille morte, c’est encore plus difficile, il ne faut pas qu’elle se casse lors du passage de l’aiguille et du fil. Il faut donc bien choisir sa feuille et y aller doucement, très doucement.

J’ai eu envie de tenter l’expérience. Je suis allée dans le jardin et j’ai ramassé des feuilles. Je les ai fait sécher puis je me suis lancée. Seules, les feuilles de magnolia ont accepté mon aiguille. C’est donc elles que j’ai brodées.

Toute seule, la feuille de magnolia était seule, paraissait triste sur mon tissu. Je lui ai trouvé une amie. C’est une feuille brodée qui attendait dans une boîte. Elle aussi était une expérience, mais je ne lui avais pas trouvé de place dans mes ouvrages.

J’aime faire des essais, j’aime surtout les réussir et pouvoir les mettre en valeur. Ce tableau me réjouit car grâce à lui, les feuilles mortes ont retrouvé de la vie. Et pour longtemps j’espère!