Archives par mot-clé : inspiration

La Manufacture Bohin, un lieu à découvrir…

La Manufacture Bohin est assurément un lieu à découvrir pour toutes celles qui utilisent une aiguille.  Elle est située dans l’Orne, près de L’Aigle en Normandie. J’étais venue visiter l’exposition : Van Gogh, tableau ou patchwork? Les ouvrages sont magnifiques, lumineux, j’ai adoré. J’ai découvert un musée, et surtout une usine et ses ateliers.

Suivre les 27 étapes de fabrication d’une aiguille, visiter les ateliers, regarder ces machines extraordinaires, en parfait état de marche m’a passionnée. Par exemple, cette machine sert à trier les aiguilles, le laiton brille, je la trouve merveilleuse et en plus elle fonctionne !!!

Tout est complexe, mais tout paraît si simple: une machine, une étape, un savoir-faire. Au final, un paquet d’aiguilles piquées sur un ruban de coton. Il y a de la magie dans l’air, enfin pour moi.

Après la visite de la Manufacture Bohin, vous ne verrez plus l’aiguille du même œil!

Les cyclamens sont revenus, l’automne est là!

Les cyclamens sont revenus dans le parc du château de mon village. Ils sont magnifiques, ils donnent de la couleur au sous-bois. Leur joli mauve éclaire le sol. Entre les feuilles mortes, ils poussent par paquets. Ils brillent dans le soleil. Ils invitent à la promenade.

J’aime retrouver les cyclamens pendant mes promenades dans le parc. Ils annoncent une bonne nouvelle, l’automne arrive.

Les fleurs de la fin de l’été, il faut en profiter.

Les fleurs de la fin de l’été, il faut en profiter, ne pas tarder à s’émerveiller. Dans le jardin, tout est sec, ou presque, il n’a pas plu depuis un certain temps. Dans les parterres, il y a malgré tout quelques fleurs.

L’été se termine. Le matin, il fait frais, voire froid. Les soirées sont courtes. Le soleil brille encore dans la journée. Se promener dans le jardin reste un plaisir. Les géraniums, les bégonias sont toujours en fleurs et apportent des notes de couleurs vives. Des trésors cachés, plus secrets sont à découvrir.

Dans un parterre, une jolie surprise toute jaune m’attendait. Des gazanias montraient leurs fleurs. De loin, on dirait de grosses marguerites. Mais en se rapprochant, j’ai découvert des graphismes étonnants cachés  dans le cœur. On dirait qu’ils ont été tracés avec beaucoup de soin.

Le jardin, c’est une source inépuisable d’émerveillements, quelque soit la saison, le moment de la journée. Il faut en profiter sans modération.

Dans notre jardin, il y a … des figuiers.

Dans notre jardin, il y a … des figuiers et beaucoup d’autres arbres. Des frênes sous lesquels il fait bon se reposer quand la chaleur est trop forte, un noisetier pour l’écureuil qui vient s’approvisionner à l’automne, des peupliers, des bouleaux, un sorbier des oiseaux, un magnolia, un marronnier (très beau), un cerisier  encore très jeune et..  des figuiers, deux figuiers. Ce sont les seuls arbres de notre jardin qui produisent des fruits que l’on peut manger.

Tous les ans, c’est la même surprise au mois de septembre, les figues sont mûres!!! Elles ont grossi pendant l’été et là, elles sont prêtes à être cueillies. Elles ont une jolie couleur verte et sont nombreuses cette année.

C’est toujours une grande joie. Nous les cueillons, nous en offrons,  je fais quels pots de confiture. C’est la fin de l’été.

 

 

Un lieu improbable dans une ville magique.

Découvrir un lieu improbable dans une ville magique, Nantes, c’est amusant, surprenant. Ce lieu est situé sur une friche industrielle,  les anciens abattoirs de Nantes, son nom « TRANSFERT ». Nous sommes arrivés à pied en venant de Trentemoult après avoir pris le navibus. Déjà, c’était magique. Il y avait du monde, des bébés, des enfants, des ados, des adultes de tous âges. Autour de nous, un bateau, des constructions éphémères, des ateliers, un manège, des brumisateurs. C’était étonnant, convivial, on s’y sentait bien.

Nantes, c’est une ville que je connais bien, c’est MA ville, j’y suis née, j’y ai passé mon enfance. Ce jour-là, en me promenant, je l’ai redécouverte. Et comme dirait Luc, on se croirait dans une ville inconnue, très loin de chez nous.. et pourtant, c’est tout près, à portée de main.

Des photos qui me donnent envie de coudre…

Aujourd’hui, c’st la dernière étape de la rétrospective de l’année passée: retour sur des photos qui me donnent envie de coudre. Une émotion, des couleurs, un graphisme, tout est prétexte pour créer des ouvrages. Pour se souvenir, une photo, c’est le mieux.

Fontaine de fleurs
Création florale pour un mariage
Pic épeiche
Belle Ile en Mer
Nénuphars

La rétrospective est terminée!

L’été avance.  Je ferai encore des photos. Je choisirai encore des tissus et des fils pour, un jour, les retrouver et imaginer un ouvrage, celui que je n’ai pas encore réalisé.

Un château, un jardin, c’est du bonheur à partager!

Un château, un jardin, c’est du bonheur à partager! Après le château de Chaumont sur Loire  la semaine dernière, ce week-end, visite du château de Maintenon, puis le collège royal  de Thiron-Gardais, et  la semaine prochaine, ce sera le château de Chambord! Tout un programme.

Entrer dans un lieu historique, c’est découvrir l’Histoire et des histoires, c’est regarder, s’étonner, apprendre, se laisser surprendre, c’est aussi profiter des jardins et des paysages.

Un carrosse, comme ici au château de Maintenon, des sculptures à Chaumont sur Loire, les jardins racontent aussi une histoire.

Partager entre amis ces instants, flâner, s’asseoir sur un banc, bavarder, s’asseoir sur un banc, regarder les plantes, les reconnaître ou pas, s’interroger sur les façons de les cultiver, prendre son temps, se laisser bousculer par ce que l’on voit, c’est un plaisir dont je ne me lasse pas.

 

 

Un animal bien sympathique dans notre jardin.

Un animal bien sympathique habite  les plates-bandes de notre jardin. C’est l’escargot.

On le voit après une averse. Il va doucement, très doucement, il traverse la terrasse en prenant son temps.  D’accord, il mange les feuilles. Nous n’avons pas de potager, alors ce n’est pas grave!

L’escargot, c’est un animal familier. Tous les enfants le connaissent, et le reconnaissent. Il a sa maison sur son dos. Ses tentacules sont si amusantes, il suffit qu’il ait peur pour qu’il les rentre. Il va lentement, très lentement et pourtant, il va là où il veut. Il prend son temps.  C’est toujours avec plaisir que je le regarde. Dans un monde où tout va vite, où il faut se presser, c’est un modèle.

S’accorder du temps pour faire ce que l’on doit faire, ce pourrait être la devise de l’escargot!

Ce que l’homme a construit…j’admire souvent!

Ce que l’homme a construit, j’admire souvent, je déteste parfois, je suis étonnée toujours.

Un jour, j’ai rencontré Jeanne et avec elle, l’architecture. J’ai appris à regarder les bâtiments, à comprendre pourquoi et comment ils sont construits.

J’aime regarder les maisons, les ponts, les châteaux, les monuments célèbres ou pas. Un lavoir, un moulin, une usine, une cabane, c’est une partie du paysage, c’est important. Les traces de l’homme dans les paysages m’interpellent.

S’interroger sur un bâtiment, son utilité autrefois et maintenant, c’est le garder vivant.

Pendant notre tour de Belle-Ile à pied,  nous avons vu des paysages surprenants, des maisons ravissantes, de jolies églises, des phares, une citadelle de Vauban, des villages et… une citerne d’eau douce. Utile autrefois, admirée comme une oeuvre d’art aujourd’hui, elle est magnifique, posée là tout près de la mer.

 

Après la Sologne… à la découverte d’une île.

Après quelques jours en Sologne, je retrouve mes chaussures et mon sac à dos, direction le bord de la mer. Prendre le bateau, partir sur le sentier côtier, s’étourdir de couleurs et de sons, c’est ma nouvelle aventure. Pendant une semaine, je pars à la découverte de Belle-Ile en Mer.

Les vagues, les goélands, le coucou qui nous a accompagné tout au long de notre périple, les paysages de bord de mer, les fleurs, les maisons, le sentier côtier bien difficile dans certains endroits, la crêperie le soir, tout est très présent et pourtant je suis de retour en Beauce.

La randonnée occupait la journée. Tout le reste est oublié, je me laisse prendre par le moment présent. Marcher, ce n’est pas si facile, il y a le soleil, le vent, le chemin qui monte et qui descend. Marcher, c’est s’arrêter pour regarder un goéland qui niche dans la falaise, le mouvement des vagues, une petite maison, pour profiter du paysage, écouter le coucou chanter, visiter en passant un petite église…

Je suis de retour  en Beauce, j’ai la tête remplie d’images et de couleurs. Je retrouve la plaine, ma maison …et ma machine à coudre, mes tissus et mes fils.