Archives de catégorie : Inspirations

Les narcisses le disent: le printemps est arrivé!

Les narcisses le disent: le printemps est arrivé. Mais qui le sait?

Cette année, pas question de profiter de cette saison si joyeuse. Nous ne verrons pas l’explosion de couleurs, la renaissance de la nature après l’hiver, nous ne ferons pas de promenades dans la forêt. Nous regarderons le printemps de notre fenêtre.

Que faisons-nous, confinés dans nos maisons? L’ennemi est invisible, et tellement présent. Lire, coudre, broder, cuisiner, bricoler, s’ennuyer un peu, réfléchir, regarder par la fenêtre, rêver, faire des projets pour l’après…

Les narcisses le disent, le calendrier le dit: le printemps est arrivé!

Regarder des fleurs, une source infinie d’inspiration!

Regarder des fleurs, c’est une source d’inspiration infinie. Les fleurs, je les apprécie lors d’une promenade, dans un jardin, au bord d’un chemin. Elles sont si différentes, les minuscules, les très grosses, les colorées, les discrètes,les exubérantes…

J’aime aussi les retrouver à d’autres moments, quand le temps est triste. Regarder des photos, se souvenir du lieu où elles poussaient, s’émerveiller de leurs couleurs, de leur structure.

Je ne connais pas le nom de ces jolies fleurs rondes, photographiées au festival des jardins de Chaumont sur Loire. Ce qui est sûr c’est qu’elles me donnent des idées pour mon prochain ouvrage. J’ai très envie de coudre, de broder, d’inventer autour de leur structure.

S’inspirer de la nature et de ses trésors, c’est nourrir son imaginaire. Alors, il faut sortir, observer la nature, les paysages, s’imprégner de ce que l’on voit.

Regarder des fleurs, s’émerveiller de leur structure, de leurs couleurs, c’est mettre son imagination en marche. On peut les dessiner, les peindre, les coudre ou les broder ou juste en garder le souvenir, peu importe…Il suffit d’y prendre plaisir.

Emprunter un chemin creux, un plaisir!

Emprunter un chemin creux, c’est un des plaisirs de la randonnée.Ils ont une histoire, celle des hommes qui les ont façonnés.  La lumière y est particulière, souvent tamisée, toute en douceur. Les arbres nous protègent, ils forment une arche bienveillante au-dessus de nous.

Moi, j’aime marcher dans ces chemins creux. Je m’y sens à l’abri, je profite du temps qui passe et de celui qui est passé. Au bout du chemin, c’est demain!

Celui-là, c’était en Bretagne près de la pointe du Raz. Mais, ils sont partout, ces chemins. Il faut prendre le temps de les découvrir, de les parcourir, d’en comprendre toute la beauté.

Un champ de sarrasin, en avez-vous déjà vu?

Un champ de sarrasin, en avez-vous déjà vu? J’ai découvert cette plante en Bretagne cet été. Christine nous avait prévenus: “En faisant cette balade, vous en rencontrerez un. Nous l’avons cherché, nous l’avons trouvé.”

Je n’imaginais pas un tel spectacle. Au détour du chemin, le champ que nous cherchions est apparu. Les tiges coupées à mi-hauteur traçaient des lignes courbes. C’était magique!

C’était l’heure de la moisson, il était temps! Ses tiges  rouges illuminaient le champ. Une multitude de petites graines étaient accrochées tout en haut de la plante. Rien de connu!

Ce champ de sarrasin, ce fut une découverte, un émerveillement. Maintenant, quand je croise du sarrasin, je le reconnais et je suis remplie de joie! Merci Christine!

Le soleil d’hiver et ses lueurs argentées.

Le soleil d’hiver, quand il veut bien se montrer, nous offre des lueurs argentées étonnantes. Lors d’une promenade, je me suis laissée encore une fois surprendre par la lumière si particulière de cette saison.

Il faisait frais, presque froid,  mais nous avions envie de prendre l’air, mon petit-fils et moi. Nous décidons de faire une balade autour de l’étang. Nous avons marché, nous avons couru, nous avons joué sur le chemin. Le soleil brillait. Nous étions bien, assis sur le banc à regarder les arbres, leurs couleurs, leurs reflets dans l’eau. C’était beau! Un petit goûter et la journée ensemble était presque terminée. Ses parents allaient rentrés. Nous avions partagé des moments très agréables.

Même en hiver, une promenade apporte son lot de trésors, le soleil et ses lueurs argentées, les arbres et leurs reflets…

L’automne, une saison éphémère dont il faut profiter.

L’automne ne dure pas, c’est une saison éphémère. Chaque jour, le vent, la pluie, les rayons du soleil modifient les couleurs des paysages. Les feuilles tombent, les arbres se dénudent, quelques fleurs nous donnent des notes de couleurs chatoyantes. Il faut en profiter.  

Dans notre jardin, comme dans tous les autres en Eure et Loir, les bégonias ont manqué cruellement d’eau. Ils étaient  desséchés, tout secs. Et depuis quelques jours, un petit miracle: ils se sont refaits une santé, ils ont fleuri et leurs potées sont magnifiques. Enfin, de belles couleurs sur la terrasse! Derrière, dans le parterre, les asters ont aux aussi décidé de nous montrer leurs fleurs. Je n’y croyais plus. 

L’automne est une saison éphémère, changeante chaque jour. Profitons des couleurs qu’elle nous offre.

Ce sont bientôt les journées du patrimoine! Profitons-en!

Ce sont bientôt les journées du patrimoine! Profitons-en pour découvrir celui de notre village, celui qui est tout près de chez nous. 

J’habite un village d’Eure et Loir qui recèle des petits trésors cachés. Il suffit de s’arrêter, de se promener et … on découvre l’église, la poste et son campanile, le château, son parc, son puits, son pigeonnier, un morceau du canal Louis XIV, ses cèdres majestueux. 

Moi, ce que je préfère c’est la porte de l’ancien manoir qui se dresse non loin de l’entrée du château. Je la trouve magnifique. Je m’en suis inspirée pour créer un tableau textile. Que de difficultés! Faire un dessin, puis une maquette, choisir les tissus, les assembler, broder, coucher des fils, coudre des perles… Il est maintenant terminé. Il sera exposé au salon Art et Créations de Saint Georges sur Eure en novembre prochain. 

Nos villages ont tous un patrimoine particulier, sachons le découvrir et le faire connaître. 

 

Des fleurs pour l’été -4- une fleur en métal

Cette fleur en métal, je l’ai rencontrée au détour d’une rue. Elle est très grande, au pied d’un réverbère. Le soir, elle brille de mille feux. 

Les fleurs font partie de mon univers. Je les aime toutes, au naturel dans la campagne, le jardin ou la ville, peintes, cousues, brodées, sculptées… Qu’elles soient toutes simples ou très sophistiquées, elles apportent de la beauté dans nos vies.  

Avec les fleurs, tout est facile, il suffit de se laisser séduire. Il n’est pas très difficile de les dessiner, de les broder, de les coudre… Il faut juste se faire confiance et se laisser porter par nos souvenirs. Peu importe, si notre fleur n’existe pas, c’est la nôtre et elle nous apporte de la joie.  Je me souviens du bonheur d’une petite fille qui, lors d’un atelier, était si fière d’avoir cousu “sa fleur”

Des fleurs pour l’été -3- des plantes aquatiques.

Profitons de la beauté des plantes aquatiques. Quand elles sont en fleurs, c’est magique. Il en existe de toutes les couleurs. Du simple nénuphar au majestueux lotus, elles me font toutes le même effet, je suis sous le charme. 

L’an passé, nous avons visité les jardins de Chaumont sur Loire. Les plantes aquatiques y avaient large place. En voici quelques unes, pour se souvenir et pour le plaisir des yeux. 

Des fleurs pour l’été – 2 – le magnolia s’amuse.

Des fleurs pour l’été, ça continue. Le magnolia de notre jardin s’amuse. Entre les feuilles, j’ai découvert cette fleur dans le magnolia. On dirait un lutin. 

Cet arbre, je l’aime beaucoup, je lui rends visite régulièrement. Il me donne ses feuilles mortes. Je leur redonne vie en les brodant et en les incluant dans mes créations textiles. Cette année,  il est magnifique, il a beaucoup de fleurs. Elles embaument le jardin à la tombée de la nuit. 

Aujourd’hui, cette fleur encapuchonnée, ce n’est que du bonheur! Bientôt, elle s’ouvrira et son parfum sucré se répandra dans le jardin.