Archives par mot-clé : inspiration

Ces fleurs qui poussent où elles en ont envie!

Ces fleurs qui poussent où elles en ont envie, elles sont partout autour de nous, au bord des chemins et des routes, dans un coin de sous-bois, sur le trottoir, et bien sûr dans les parterres des jardiniers.

Il y a les fleurs sauvages: les pâquerettes dans la pelouse, les pissenlits sur le trottoir, les coquelicots et les marguerites  le long du chemin, les jacinthes dans le sous-bois, on les reconnaît, on s’en amuse, elles apportent une note joyeuse au paysage.

Celles que je préfère, ce sont les fleurs qui poussent où elles ont envie dans le jardin. Elles y arrivent souvent par hasard. On ne peut pas dire à quel endroit elles vont s’installer. C’est,  chaque année, une chasse aux trésors. Poussera-t-elle au même endroit que l’an dernier? Combien y aura-t-il de pieds? De quelle couleur seront les fleurs?

Dans notre jardin, il y a des ancolies. Leurs formes et leur couleurs m’étonnent. Mais nous ne savons jamais si elles seront là, à quel endroit il faut les chercher. Les découvrir , c’est déjà un bonheur. Cette année, elles sont bien là, dans le parterre devant la maison! Il y a tout un tas de plantes qui poussent où elles ont envie, celles qui fleurissent et qui n’envahissent pas tout le jardin ont ma préférence.

Rencontrer des orchidées, quelques coquelicots, des bleuets, les premières marguerites, découvrir des ancolies, des roses échappées d’un jardin,  c’est un des plaisirs de la randonnée, il ne faut surtout pas s’en priver. Il y a souvent une jolie surprise au détour du chemin.

 

Un arbre majestueux au milieu d’un champ.

Un arbre majestueux au milieu d’un champ, c’est un plaisir dont je ne me lasse pas. Au détour d’un chemin, le découvrir là, tout seul, regarder autour, profiter du paysage, c’est un des petits bonheurs qu’apporte la randonnée.

Prendre le temps de profiter de ce qui nous entoure,  regarder les plantes, les fleurs, les arbres, les ruisseaux et les rivières, mais aussi les maisons, les villages, les fontaines, les chapelles, les ponts… écouter, sentir, c’est se connecter avec le monde. De retour chez nous, retrouver une photo qui évoque ces moments, c’est aussi un instant précieux.

Une randonnée, un arbre, une photo, et l’inspiration est là! C’est un arbre majestueux au milieu d’un champ, très graphique, envahi de ces boules de gui. Les formes, les couleurs de cet arbre me parlent. Elles me donnent envie de coudre, de broder, d’inventer un arbre qui lui ressemble. Ce ne sera jamais la copie conforme, mais quelque part, c’est lui!

Le sous-bois au printemps, violet et parfumé!

Le sous-bois, au printemps, est violet et parfumé. Les jacinthes des bois l’ont envahi, il y en a partout dans le parc du château. Les clochettes de cette jolie plante donnent avec bonheur un air joyeux à nos promenades .

Cet hiver, le sous-bois a été nettoyé, les ronces ont été enlevées. Grâce à ce travail d’entretien, les jacinthes ont pris leur place et c’est magique, il y en a partout, il y en a beaucoup. Les regarder, sentir leur parfum, c’est profiter du printemps même si le temps n’est pas toujours au rendez-vous.

 

Les tulipes, c’est une explosion de couleurs dans le jardin.

Les tulipes, c’est une explosion de couleurs dans le jardin. Elles sont rouges, jaunes, violettes ou rose et fleurissent toutes en même temps. Elles donnent un air de fête aux parterres au printemps.

J’aime les tulipes, les regarder, les observer.  Elles apportent de la joie, de la légèreté et chassent la mélancolie. Elles sont si colorées, si belles.

J’aime aussi les coudre, les broder. Ce sont des fleurs faciles, elles ne résistent pas à mes aiguilles. C’est l’occasion de sortir des tissus aux tons variés, du rouge, du jaune, du orange, du violet , du rose…  Voilà un remède à la mélancolie tout trouvé!

 

Les sakuras, un repère dans l’année!

Les sakuras, c’est un repère dans l’année, c’est le signe que le printemps est là. Je suis toujours enthousiaste quand je vois des arbres en fleurs, les cerisiers, les pommiers, les pêchers mais aussi les prunelliers dans les haies.

Dans notre jardin, un cerisier est en fleurs, il est “notre” sakura. J’adore le moment où nous découvrons les premières fleurs toutes blanches. L’hiver se termine, le printemps est là.

C’est une source d’inspiration étonnante, elle m’emporte parfois. Tout à coup, j’ai envie de coudre, de broder des fleurs, des feuilles, des branches, des arbres, toutes couleurs, toutes formes confondues.

Peut-être qu’un jour, j’aurai le plaisir immense de découvrir les sakuras du Japon. Pour l’instant, je profite de la floraison des arbres de notre région, et c’est déjà magique!

Joyeuses fêtes de Pâques à tous!

 

 

Des plantes porte-bonheur, ça existe!

Des plantes porte-bonheur, ça existe! Il y en a une dans notre jardin! Elle pousse dans un pot posé sur une souche, tout près du restaurant pour les oiseaux. Je la vois de la fenêtre de la cuisine. Elle est toujours là, quelque soit la saison. Elle supporte tout, le froid et la canicule, la neige, la pluie, la sécheresse.

Cette plante est toujours belle, elle prend toutes les couleurs possibles, en ce moment ses feuilles sont teintées de rouge. Parfois, de toutes petites fleurs jaunes apparaissent au bout des tiges.  Elle respire la bonne humeur, elle ne ne se plaint jamais. Elle supporte tout, elle résiste à tout. Je l’adore. La regarder, c’est assurément un petit moment de plaisir.

Cette petite plante, c’est un porte-bonheur, une leçon d’optimisme, un de ces petits riens qui rendent la vie supportable.

J’en suis sûre, il existe des plantes porte-bonheur, qui veillent sur nous, qui redonnent le moral quand tout va mal. Ce ne sont pas les plus grandes, ni les plus belles mais leur présence apporte un réconfort inouï.

 

2021, l’année de tous les petits bonheurs du quotidien!

2021 sera pour moi l’année de tous les petits bonheurs du quotidien! Une rencontre, une promenade, une exposition, un atelier, un voyage, un goûter entre amis, tout est bon à prendre.

Pour nous, l’année 2021 a commencé en Bretagne: se promener à Josselin avec Rafaël, découvrir Pontivy avec Dominique, marcher et regarder la mer… Maintenant, nous sommes rentrés en Eure et Loir.  Des cartes de vœux étaient arrivées pendant notre absence. Elles sont plus belles les unes que les autres. Quelqu’un, quelque part, a pensé à nous et a pris le temps de nous écrire un petit mot.

D’autres moments de bonheur nous attendaient: retrouver nos amis, manger la galette ensemble… Des projets se profilent à l’horizon. Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles, il faut savoir apprécier les petits bonheurs du quotidien.

Belle et douce année! 

Les champignons, un univers magique!

Les champignons, c’est un univers magique! Il faut parfois bien chercher pour les voir, d’autres fois, c’est évident, ils sont là, au bord du chemin. C’est un des plaisirs de l’automne.

Qu’il soit petit, énorme, coloré, en groupe, tout seul, au milieu d’une clairière, dans le jardin ou sur le bord du chemin, en trouver pendant une promenade est toujours un bonheur. Un champignon, c’est mystérieux!

En me promenant ce matin, j’ai vu ces champignons qui poussaient autour d’une souche. Je ne les ai pas cherchés, ils étaient là au bord du chemin! Les champignons, c’est un univers magique. Leurs formes, leurs couleurs, les lieux où ils poussent, tout peut être sujet d’étonnement.

Une tache bleue dans le jardin, je l’ai vue!

J’ai vu une tache bleue dans le jardin! Depuis longtemps, je cherche des taches bleues dans le paysage. Ce n’est pas si facile à trouver, encore moins à photographier.

Cette idée ne m’est pas venue par hasard. Depuis longtemps déjà je m’intéresse au travail de Maryline Collioud-Robert et je lis son blog. Une fois par semaine et tout au long de l’année 2020, elle publie une photographie dans une série “a blue spot”. J’aime beaucoup! Allez visiter son blog: http://maryandpatch.blogspot.com

Il y a longtemps que, moi aussi, je voulais voir une tache bleue en situation. C’est arrivé hier, dans le jardin. Le râteau à feuilles était posé sur les branches du figuier, en équilibre. Faire une photo de cet instant m’a paru une évidence.

Regarder le paysage en y cherchant quelque chose, ici, une tache bleue, c’est changer son regard. Et puis, du bleu dans la nature, quand ce n’est pas le ciel ou de l’eau, c’est souvent un objet créé par l’homme qui a son utilité… ou pas.

Couleurs automne, on aime, n’est-ce pas?

Couleurs automne, on aime, n’est-ce pas? Sans modération, on s’émerveille, on se régale des ocres, des rouges, des orangés, des marron et des verts sombres de l’automne. Les arbres sont les rois de la saison qui arrive. Ils resplendissent, ils brillent de mille feux, leurs couleurs sont magiques. Rien n’est triste.

J’ai retrouvé mes chaussettes et mon foulard, je suis prête pour la nouvelle saison qui arrive. Je marche dans les feuilles mortes, je ramasse pour le plaisir des marrons, des glands, je me régale des figues du jardin. Je regarde les arbres, les cyclamens qui poussent à leur pied, la vigne vierge de François…

Les couleurs de l’automne m’attirent, me font rêver. En retrouvant mon atelier, je me surprend à les rechercher, à les imaginer, à leur donner vie.