Un regard sur le monde qui nous entoure, notre fenêtre.

Une fenêtre, notre fenêtre, c’est un regard sur le monde qui nous entoure. De notre fenêtre, on voit un jardin, une rue, un chemin, des fleurs, des voitures, des camions, des tracteurs, le mur d’en face, tout dépend où l’on habite. Et pourtant, dès que l’on jette un coup d’œil par la fenêtre, c’est le monde que l’on découvre.

Il y a toujours quelque chose à voir, un petit rien qui a changé depuis la dernière fois. C’est aussi un repère, le car scolaire qui passe, le facteur, la voisine qui revient avec son pain…

Il y a longtemps, j’avais fait un ouvrage en regardant par la porte de la cuisine. Elle donne sur le jardin, notre jardin. A l’époque, il était tout vert! Alors, j’avais cherché tout un tas de tissus verts, j’ai monté des blocs de crazy , je les ai brodés en gardant l’idée de verdure du jardin,  je les ai assemblés, puis j’ai matelassé à la main dans les coutures. C’était un regard sur le monde, mon regard.

Aujourd’hui, le jardin a changé, les arbres ont grandi, des fleurs égaient les parterres. Cet ouvrage reste une trace dans le temps, un souvenir qui me fait chaud au cœur. Je regarde toujours par la fenêtre, je vois le monde qui m’entoure, le monde change et je le vois changer.

Ces fleurs qui poussent où elles en ont envie!

Ces fleurs qui poussent où elles en ont envie, elles sont partout autour de nous, au bord des chemins et des routes, dans un coin de sous-bois, sur le trottoir, et bien sûr dans les parterres des jardiniers.

Il y a les fleurs sauvages: les pâquerettes dans la pelouse, les pissenlits sur le trottoir, les coquelicots et les marguerites  le long du chemin, les jacinthes dans le sous-bois, on les reconnaît, on s’en amuse, elles apportent une note joyeuse au paysage.

Celles que je préfère, ce sont les fleurs qui poussent où elles ont envie dans le jardin. Elles y arrivent souvent par hasard. On ne peut pas dire à quel endroit elles vont s’installer. C’est,  chaque année, une chasse aux trésors. Poussera-t-elle au même endroit que l’an dernier? Combien y aura-t-il de pieds? De quelle couleur seront les fleurs?

Dans notre jardin, il y a des ancolies. Leurs formes et leur couleurs m’étonnent. Mais nous ne savons jamais si elles seront là, à quel endroit il faut les chercher. Les découvrir , c’est déjà un bonheur. Cette année, elles sont bien là, dans le parterre devant la maison! Il y a tout un tas de plantes qui poussent où elles ont envie, celles qui fleurissent et qui n’envahissent pas tout le jardin ont ma préférence.

Rencontrer des orchidées, quelques coquelicots, des bleuets, les premières marguerites, découvrir des ancolies, des roses échappées d’un jardin,  c’est un des plaisirs de la randonnée, il ne faut surtout pas s’en priver. Il y a souvent une jolie surprise au détour du chemin.

 

Les journées Fils et Crayons, vous connaissez?

Les journées Fils et Crayons, vous connaissez? Leur but est de se retrouver entre amis, de réaliser un ouvrage et de passer un moment agréable ensemble. Il faut avant tout se faire plaisir.

Chacun travaille sur son ouvrage, trace, coupe, épingle, coud, brode, suit les explications que je donne au fur et à mesure de la journée. Tout se fait dans la bonne humeur, l’important, c’est qu’à la fin de la journée, l’ouvrage soit terminé. Il ne restera qu’à le mettre en valeur, l’encadrer, en faire un sac, une carte à envoyer…

 

La semaine dernière, ont eu lieu des journées Fils et Crayons. Nous avons réalisé des fleurs, plein de fleurs. Pour moi, ce fut l’occasion de réaliser un jardin fleuri: un parterre jaune pour le prototype, un parterre violet le mardi et un rose le vendredi.

J’anime ces journées avec bonheur. Choisir un thème, trouver un ouvrage réalisable en une journée et adaptée aux compétences de chacune, créer un prototype, le modifier si besoin, écrire des explications, rassembler les fournitures: tissus, fils … c’est beaucoup de travail, c’est aussi exaltant! Cela me permet de mettre des mots sur les techniques que j’emploie, de les rendre accessible à tous, petits ou grands.

Les journées Fils et Crayons me tiennent à cœur. C’est ma façon de transmettre ce que je connais et de faire découvrir l’Art Textile. C’est parfois très compliqué mais c’est aussi à la portée de chacun, il suffit d’avoir envie et de se laisser guider.

J’ai proposé ces journées à des publics très différents en âge ou en compétences. Le résultat est toujours le même, chaque participant est fier de son ouvrage et de ce qu’il a réalisé. N’est-ce pas le plus important? Se faire plaisir, passer un moment agréable ensemble, autour d’un projet commun.

Si vous aussi vous avez envie de participer à une journée Fils et Crayons, contactez-moi! Il sera peut-être possible d’en organiser une.

 

Un arbre majestueux au milieu d’un champ.

Un arbre majestueux au milieu d’un champ, c’est un plaisir dont je ne me lasse pas. Au détour d’un chemin, le découvrir là, tout seul, regarder autour, profiter du paysage, c’est un des petits bonheurs qu’apporte la randonnée.

Prendre le temps de profiter de ce qui nous entoure,  regarder les plantes, les fleurs, les arbres, les ruisseaux et les rivières, mais aussi les maisons, les villages, les fontaines, les chapelles, les ponts… écouter, sentir, c’est se connecter avec le monde. De retour chez nous, retrouver une photo qui évoque ces moments, c’est aussi un instant précieux.

Une randonnée, un arbre, une photo, et l’inspiration est là! C’est un arbre majestueux au milieu d’un champ, très graphique, envahi de ces boules de gui. Les formes, les couleurs de cet arbre me parlent. Elles me donnent envie de coudre, de broder, d’inventer un arbre qui lui ressemble. Ce ne sera jamais la copie conforme, mais quelque part, c’est lui!

Un jardin, c’est une découverte chaque jour!

Un jardin, c’est une découverte chaque jour, c’est une chasse aux trésors qui n’en finit pas! Regarder, sentir, écouter, chercher ce qui a changé depuis hier, se promener dans un jardin, c’est s’évader, c’est du bonheur…

Le printemps est la saison rêvée pour le jardin, il explose de couleurs. Chaque jour, une nouvelle fleur ouvre ses pétales. Les découvertes s’enchaînent, toutes plus jolies les unes que les autres. Hier, c’étaient les anémones qui me faisaient la fête. Aujourd’hui, ce sont les ancolies qui se préparent à orner le jardin. Et demain? Demain est un autre jour, on verra bien! Un jardin, c’est inspirant!

Imaginer un jardin. Inventer des fleurs, choisir des tissus, des fils, les assembler, les réunir, les faire vivre ensemble, voilà ce qui me motive. A chaque instant, son jardin, impossible de faire deux fois le même.

Inventer de nouvelles fleurs, de nouvelles plantes, changer leur forme, leur couleur, leur grosseur, les imaginer dans un jardin, se dire que, dans ce jardin, il y aura une découverte chaque jour à faire, n’est-ce pas une bonne idée?

Qui n’a pas dessiné quelques fleurs sur le coin d’une table un jour qu’il se sentait un peu triste? Moi, j’en dessine parfois, j’en couds souvent.

Le sous-bois au printemps, violet et parfumé!

Le sous-bois, au printemps, est violet et parfumé. Les jacinthes des bois l’ont envahi, il y en a partout dans le parc du château. Les clochettes de cette jolie plante donnent avec bonheur un air joyeux à nos promenades .

Cet hiver, le sous-bois a été nettoyé, les ronces ont été enlevées. Grâce à ce travail d’entretien, les jacinthes ont pris leur place et c’est magique, il y en a partout, il y en a beaucoup. Les regarder, sentir leur parfum, c’est profiter du printemps même si le temps n’est pas toujours au rendez-vous.

 

Un arbre en fleurs, la promesse d’une saison nouvelle.

Un arbre en fleurs c’est la promesse d’une saison nouvelle. Tout renaît, tout reprend vie. J’aime les regarder, j’aime m’en inspirer. Ils me donnent envie de coudre.  Ce n’est pas la réalité mais cela lui ressemble.

Un arbre en fleurs, c’est le thème de ce petit ouvrage. Juste quelques brins de fils entremêlés sur un fond de tissus beiges, des ronds de plastique fondu et des points de broderie, et une branche apparaît. Que du bonheur!

Des arbres, j’en ai cousus beaucoup, j’en ai cousus souvent.  Je les aime à toutes les saisons. Je les couds toujours avec plaisir, quelque soit le mois de l’année. Aujourd’hui, le printemps est là, les arbres sont en fleurs, il faut profiter de ce qu’ils nous offrent à voir.

Les tulipes, c’est une explosion de couleurs dans le jardin.

Les tulipes, c’est une explosion de couleurs dans le jardin. Elles sont rouges, jaunes, violettes ou rose et fleurissent toutes en même temps. Elles donnent un air de fête aux parterres au printemps.

J’aime les tulipes, les regarder, les observer.  Elles apportent de la joie, de la légèreté et chassent la mélancolie. Elles sont si colorées, si belles.

J’aime aussi les coudre, les broder. Ce sont des fleurs faciles, elles ne résistent pas à mes aiguilles. C’est l’occasion de sortir des tissus aux tons variés, du rouge, du jaune, du orange, du violet , du rose…  Voilà un remède à la mélancolie tout trouvé!

 

Des remèdes à la mélancolie, vous en connaissez?

Des remèdes à la mélancolie, vous en connaissez? Chacun a les siens. S’occuper  est une des solutions, éviter la solitude en est une autre.

Pour moi, pendant longtemps, mon meilleur remède à la mélancolie a été l’Art Textile. En  retrouvant mon atelier, mes tissus, mes fils, ma machine à coudre, j’oubliais tout, j’étais ailleurs et je me sentais mieux. Pourtant, j’y étais souvent seule et la compagnie me manquait. Les autres sont importants, il ne faut pas les oublier.

” Ensemble” est né de cette constatation, se rencontrer, parler, échanger, partager, c’est important, c’est essentiel. Alors, peu importe ce que l’on fait ensemble, coudre, broder, randonner, boire un café… on se sent exister, on est important pour quelqu’un, celui qui est en face de nous.

Maintenant, le temps a passé, j’ai accumulé un nombre incalculable d’ouvrages, des grands et des petits, des tentures, des tableaux, des sacs, des cartes… Qu’en faire? c’est La grande question en ce moment. Dois-je continuer à créer, inventer et remplir mes tiroirs?

Du coup, la randonnée me paraît être un autre remède efficace à la mélancolie. On marche en petits groupes, on parle, on s’encourage, on regarde autour de soi, on profite du paysage, on découvre des fleurs, des chants d’oiseaux, une construction au détour d’un chemin… Tous nos sens sont en éveil. On est en phase avec ce qui nous entoure.

Au retour, je suis fatiguée. Ma tête est remplie d’odeurs, de couleurs et de formes. Vite, je retrouve mon atelier, mes tissu et mes fils. Je crée, j’invente, je coupe, je couds, je brode…

Chacun a ses remèdes à la mélancolie. La lecture, le jardinage, la cuisine, les mots croisés, la musique, les puzzles, les jeux de société ne font pas partie de des solutions que j’ai choisies pour l’instant. Mais qui sait?

 

Les sakuras, un repère dans l’année!

Les sakuras, c’est un repère dans l’année, c’est le signe que le printemps est là. Je suis toujours enthousiaste quand je vois des arbres en fleurs, les cerisiers, les pommiers, les pêchers mais aussi les prunelliers dans les haies.

Dans notre jardin, un cerisier est en fleurs, il est “notre” sakura. J’adore le moment où nous découvrons les premières fleurs toutes blanches. L’hiver se termine, le printemps est là.

C’est une source d’inspiration étonnante, elle m’emporte parfois. Tout à coup, j’ai envie de coudre, de broder des fleurs, des feuilles, des branches, des arbres, toutes couleurs, toutes formes confondues.

Peut-être qu’un jour, j’aurai le plaisir immense de découvrir les sakuras du Japon. Pour l’instant, je profite de la floraison des arbres de notre région, et c’est déjà magique!

Joyeuses fêtes de Pâques à tous!