Un village hors du temps, Saint Céneri-le-Gérei.

Le village de Saint Céneri le Gérei, c’est un endroit hors du temps où il fait bon se promener. C’était au mois de juin, nous étions en Normandie. Après le stage de teintures végétales avec Charlène, nous avons donc pris le temps de découvrir les alentours d’Alençon.

C’est ainsi que nous avons visité le village de Saint Céneri-le Gérei. Que de choses à admirer! Le panorama, l’église étonnante avec ses murs peints, la petite chapelle au milieu d’un pré, les moulins, les ponts, la rivière,  c’est un village hors du temps! On aurait pu penser que nous étions à la montagne.

Découvrir un lieu, me laisser porter par les paysages, c’est un plaisir dont je ne me lasse pas.

Transmettre ce que l’on sait, une idée?

Transmettre ce que l’on sait, ce qui nous passionne, est-ce une bonne idée? Je me suis souvent poser la question. Ce n’est pas aussi facile qu’on veut bien le dire.

Pourtant, depuis quelque temps déjà, je me suis lancée. Il fallait trouver la bonne formule, répondre à plusieurs questions: Comment? Quand? Où? Pour qui? … De cette réflexion, sont nées l’association Fils et Crayons et ses journées Fils et Crayons que j’anime avec bonheur.

Une journée Fils et Crayons, c’est du partage, de la convivialité, du sérieux, un ouvrage mené à terme ou presque c’est aussi un repas pris ensemble. Art Textile , broderies, coutures, et bientôt peut-être teintures végétales  sont au programme.

Hier, une journée Fils et Crayons a eu lieu. Nous avons réalisé un tissage de bandes fixé par de la broderie. J’ai expliqué, encouragé, papoté…  J’étais un peu fatiguée, mais si heureuse. Chacune est repartie avec un ouvrage presque terminé. cela deviendra un tableau, un sac, un coussin… Le plaisir d’être ensemble, de partager notre passion était très présent.

Transmettre ce que l’on sait, ce qui me passionne, cela me donne envie de poursuivre mes aventures avec le textile, de partager mes expériences, apprendre aux autres et apprendre des autres. Je ne savais que c’était aussi bien!

Alors, si vous avez envie d’une journée Fils et Crayons, contactez-moi!

La teinture végétale, tout un monde à explorer.

La teinture végétale , c’est tout un monde à explorer. J’ai découvert un univers qui m’était inconnu, teindre du tissu avec des plantes. Rien n’est simple, mais le résultat est à la hauteur de ce que j’espérais.

Depuis quelque temps déjà, la teinture m’intéressait. cela me paraissait très compliqué. Un stage avec Charlène Poret en Normandie m’a permis de m’initier à ces différentes techniques et de découvrir les plantes tinctoriales. De retour, je n’ai qu’une envie: faire mes propres expériences.

Cueillir et reconnaître les plantes dont on a besoin, comprendre les différentes étapes de la teinture végétale, découvrir des techniques comme le shibori, l’eco-print, le Bogolan, … et bien plus encore étaient au programme. C’était dense, mais tellement intéressant. J’ai adoré!

Voici le nuancier que nous avons réalisé: rhubarbe, ronce, rumex et millepertuis. Les couleurs obtenues sont magnifiques.

Merci à Charlène pour ce stage! Vous pouvez la retrouver et découvrir son travail en cliquant sur ce lien: http://www.chapo-artextiles.fr

 

S’évader, ce n’est pas toujours partir!

S’évader, ce n’est pas toujours partir. Un ouvrage peut nous faire voyager très loin, sans bouger de chez soi. Créer, imaginer, inventer, c’est déjà s’évader, oublier le quotidien.

Pour moi, l’art textile en est un moyen efficace. Il suffit d’une idée, de la mettre en oeuvre. Chercher les bons tissus et les fils assortis, mettre au point une technique puis, couper, attacher, coudre, broder. Enfin un ouvrage est là, comme sorti de nulle part. A cet instant, il n’appartient qu’à celui ou celle qui l’a imaginé.

Que le projet soit simple, ou très compliqué à mettre en oeuvre, il permet toujours de s’évader. Puis, un autre voyage commence, c’est le temps du partage. En regardant ce tissage de bandes, chacun imagine ce qu’il a envie de voir.

Et vous, que vous raconte ce tissage de bandes?

Un phare, c’est un repère sur lequel on compte.

Un phare, c’est un repère sur lequel on compte. De nuit comme de jour, il s’élève dans le ciel. On le voit de loin, on le reconnait, immobile mais combien utile.

Moi, ils me fascinent. Ce sont des constructions qui n’ont qu’un seul objectif: guider, servir de repère. Ils se ressemblent tous, et pourtant, ils sont différents.

J’aime marcher le long de la côte, et chaque fois que je découvre un phare, au milieu de l’eau ou là, tout près du sentier. Je suis sous le charme.

Reconnaissez-vous celui-là?

Une expérience de vie: aller les uns vers les autres!

Une expérience de vie nous attend: se retrouver, aller les uns vers les autres. Il faut inventer d’autres façons d’être ensemble, d’autres façons de vivre ensemble dans le respect de tous.

C’est une expérience que nous n’attendions pas. Tout semblait établi, rien ne paraissait pouvoir changer. Et puis, le virus est arrivé, il a bouleversé nos vies, nos relations les uns avec les autres. Il a fallu faire autrement.

Il y a quelque temps, lors de la mise au point de cet ouvrage, j’avais réfléchi à nos relations entre nous et la nature, entre les hommes. Mes pensées n’étaient pas très optimistes, beaucoup d’incertitudes apparaissaient. Ce qui m’inquiétait le plus était certainement les relations des hommes entre nous, la solitude, l’isolement, le manque de respect…

Alors, j’avais décidé d’imaginer un ouvrage résolument porté vers un avenir meilleur, où les gens allaient les uns vers les autres pour changer le monde dans lequel nous vivons.

Je ne savais pas que nos vies allaient être bouleversées, qu’il allait falloir se retrouver, aller les uns vers les autres, trouver d’autres façons de vivre ensemble. C’est une expérience de vie que la nature nous impose, sachons en profiter pour rendre le monde meilleur.