Un jardin, c’est une découverte chaque jour!

Un jardin, c’est une découverte chaque jour, c’est une chasse aux trésors qui n’en finit pas! Regarder, sentir, écouter, chercher ce qui a changé depuis hier, se promener dans un jardin, c’est s’évader, c’est du bonheur…

Le printemps est la saison rêvée pour le jardin, il explose de couleurs. Chaque jour, une nouvelle fleur ouvre ses pétales. Les découvertes s’enchaînent, toutes plus jolies les unes que les autres. Hier, c’étaient les anémones qui me faisaient la fête. Aujourd’hui, ce sont les ancolies qui se préparent à orner le jardin. Et demain? Demain est un autre jour, on verra bien! Un jardin, c’est inspirant!

Imaginer un jardin. Inventer des fleurs, choisir des tissus, des fils, les assembler, les réunir, les faire vivre ensemble, voilà ce qui me motive. A chaque instant, son jardin, impossible de faire deux fois le même.

Inventer de nouvelles fleurs, de nouvelles plantes, changer leur forme, leur couleur, leur grosseur, les imaginer dans un jardin, se dire que, dans ce jardin, il y aura une découverte chaque jour à faire, n’est-ce pas une bonne idée?

Qui n’a pas dessiné quelques fleurs sur le coin d’une table un jour qu’il se sentait un peu triste? Moi, j’en dessine parfois, j’en couds souvent.

Le sous-bois au printemps, violet et parfumé!

Le sous-bois, au printemps, est violet et parfumé. Les jacinthes des bois l’ont envahi, il y en a partout dans le parc du château. Les clochettes de cette jolie plante donnent avec bonheur un air joyeux à nos promenades .

Cet hiver, le sous-bois a été nettoyé, les ronces ont été enlevées. Grâce à ce travail d’entretien, les jacinthes ont pris leur place et c’est magique, il y en a partout, il y en a beaucoup. Les regarder, sentir leur parfum, c’est profiter du printemps même si le temps n’est pas toujours au rendez-vous.

 

Un arbre en fleurs, la promesse d’une saison nouvelle.

Un arbre en fleurs c’est la promesse d’une saison nouvelle. Tout renaît, tout reprend vie. J’aime les regarder, j’aime m’en inspirer. Ils me donnent envie de coudre.  Ce n’est pas la réalité mais cela lui ressemble.

Un arbre en fleurs, c’est le thème de ce petit ouvrage. Juste quelques brins de fils entremêlés sur un fond de tissus beiges, des ronds de plastique fondu et des points de broderie, et une branche apparaît. Que du bonheur!

Des arbres, j’en ai cousus beaucoup, j’en ai cousus souvent.  Je les aime à toutes les saisons. Je les couds toujours avec plaisir, quelque soit le mois de l’année. Aujourd’hui, le printemps est là, les arbres sont en fleurs, il faut profiter de ce qu’ils nous offrent à voir.

Les tulipes, c’est une explosion de couleurs dans le jardin.

Les tulipes, c’est une explosion de couleurs dans le jardin. Elles sont rouges, jaunes, violettes ou rose et fleurissent toutes en même temps. Elles donnent un air de fête aux parterres au printemps.

J’aime les tulipes, les regarder, les observer.  Elles apportent de la joie, de la légèreté et chassent la mélancolie. Elles sont si colorées, si belles.

J’aime aussi les coudre, les broder. Ce sont des fleurs faciles, elles ne résistent pas à mes aiguilles. C’est l’occasion de sortir des tissus aux tons variés, du rouge, du jaune, du orange, du violet , du rose…  Voilà un remède à la mélancolie tout trouvé!

 

Des remèdes à la mélancolie, vous en connaissez?

Des remèdes à la mélancolie, vous en connaissez? Chacun a les siens. S’occuper  est une des solutions, éviter la solitude en est une autre.

Pour moi, pendant longtemps, mon meilleur remède à la mélancolie a été l’Art Textile. En  retrouvant mon atelier, mes tissus, mes fils, ma machine à coudre, j’oubliais tout, j’étais ailleurs et je me sentais mieux. Pourtant, j’y étais souvent seule et la compagnie me manquait. Les autres sont importants, il ne faut pas les oublier.

” Ensemble” est né de cette constatation, se rencontrer, parler, échanger, partager, c’est important, c’est essentiel. Alors, peu importe ce que l’on fait ensemble, coudre, broder, randonner, boire un café… on se sent exister, on est important pour quelqu’un, celui qui est en face de nous.

Maintenant, le temps a passé, j’ai accumulé un nombre incalculable d’ouvrages, des grands et des petits, des tentures, des tableaux, des sacs, des cartes… Qu’en faire? c’est La grande question en ce moment. Dois-je continuer à créer, inventer et remplir mes tiroirs?

Du coup, la randonnée me paraît être un autre remède efficace à la mélancolie. On marche en petits groupes, on parle, on s’encourage, on regarde autour de soi, on profite du paysage, on découvre des fleurs, des chants d’oiseaux, une construction au détour d’un chemin… Tous nos sens sont en éveil. On est en phase avec ce qui nous entoure.

Au retour, je suis fatiguée. Ma tête est remplie d’odeurs, de couleurs et de formes. Vite, je retrouve mon atelier, mes tissu et mes fils. Je crée, j’invente, je coupe, je couds, je brode…

Chacun a ses remèdes à la mélancolie. La lecture, le jardinage, la cuisine, les mots croisés, la musique, les puzzles, les jeux de société ne font pas partie de des solutions que j’ai choisies pour l’instant. Mais qui sait?

 

Les sakuras, un repère dans l’année!

Les sakuras, c’est un repère dans l’année, c’est le signe que le printemps est là. Je suis toujours enthousiaste quand je vois des arbres en fleurs, les cerisiers, les pommiers, les pêchers mais aussi les prunelliers dans les haies.

Dans notre jardin, un cerisier est en fleurs, il est “notre” sakura. J’adore le moment où nous découvrons les premières fleurs toutes blanches. L’hiver se termine, le printemps est là.

C’est une source d’inspiration étonnante, elle m’emporte parfois. Tout à coup, j’ai envie de coudre, de broder des fleurs, des feuilles, des branches, des arbres, toutes couleurs, toutes formes confondues.

Peut-être qu’un jour, j’aurai le plaisir immense de découvrir les sakuras du Japon. Pour l’instant, je profite de la floraison des arbres de notre région, et c’est déjà magique!

Joyeuses fêtes de Pâques à tous!

 

 

Une année, quatre saisons: le printemps!

Une année, quatre saisons! Ce sera la série de 4 tableaux que je vous proposerai tout au long de 2021. Aujourd’hui, voici le printemps!

Le mois de mars est là, les giboulées aussi.  On entend les oiseaux chanter, les fleurs mettent de la couleur dans nos jardins. On a envie de sortir, de se promener, d’être dehors! Le printemps arrive, c’est une bonne nouvelle!

C’est le deuxième tableau de la série: une année, quatre saisons. Le printemps, c’est la saison de tous les changements. Les couleurs, les odeurs, les sons, tout est différent, tout semble gai, léger. Sachons en profiter!

Un ouvrage dans une revue, c’est une émotion intense!

Un ouvrage dans une revue, c’est une émotion intense! “Lumières de printemps” fait l’objet d’un article dans le dernier numéro de la revue ” Les Nouvelles Patchwork et Art Textile”, la revue de l’association France Patchwork.

C’est la première fois qu’une de mes ouvrages est mis à l’honneur. C’est une joie immense! Merci à toutes celles  qui au sein de l’association France Patchwork pour le travail remarquable qu’elles fournissent pour que cette revue existe.

Découvrir son travail dans une revue, c’est sortir de sa bulle, c’est montrer, s’exposer. Je connaissais l’émotion donnée par une exposition. C’est déstabilisant, réconfortant, encourageant. C’est toujours une façon de se prouver que ce que l’on fait, c’est important pour soi mais surtout pour les autres.

Aujourd’hui, c’est la même émotion multipliée par dix, cent… Les pages sont belles, je reconnais à peine mon travail, et pourtant… c’est bien moi qui l’ait créé. Un ouvrage dans une revue, je n’osais pas en rêver!

N’hésitez pas à lire et relire la revue “Les Nouvelles Patchwork et Art Textile”, c’est à chaque numéro, une mine d’informations, des découvertes. Elle fait partie de ces petits bonheurs de la vie qu’il faut préserver à tout prix.

En ces moments difficiles que nous traversons, j’espère que  ces deux pages apporteront du rêve, de la joie et de l’espoir.

Des plantes porte-bonheur, ça existe!

Des plantes porte-bonheur, ça existe! Il y en a une dans notre jardin! Elle pousse dans un pot posé sur une souche, tout près du restaurant pour les oiseaux. Je la vois de la fenêtre de la cuisine. Elle est toujours là, quelque soit la saison. Elle supporte tout, le froid et la canicule, la neige, la pluie, la sécheresse.

Cette plante est toujours belle, elle prend toutes les couleurs possibles, en ce moment ses feuilles sont teintées de rouge. Parfois, de toutes petites fleurs jaunes apparaissent au bout des tiges.  Elle respire la bonne humeur, elle ne ne se plaint jamais. Elle supporte tout, elle résiste à tout. Je l’adore. La regarder, c’est assurément un petit moment de plaisir.

Cette petite plante, c’est un porte-bonheur, une leçon d’optimisme, un de ces petits riens qui rendent la vie supportable.

J’en suis sûre, il existe des plantes porte-bonheur, qui veillent sur nous, qui redonnent le moral quand tout va mal. Ce ne sont pas les plus grandes, ni les plus belles mais leur présence apporte un réconfort inouï.

 

La galerie de portraits, ça se termine aujourd’hui!

La galerie de portraits, ça se termine aujourd’hui! Six tableaux à découvrir, rien que des filles, mais plus jolies les unes que les autres!

C’était l’aventure dans mon atelier, imaginer des visages. Je mettais donner quelques constantes : un tissu de fond doré, un visage bleu, un format 18 cm x 24 cm.  J’ai donc créé six personnages. Aujourd’hui, c’est le dernier tableau de la série!

“Eugénie” vous dit au revoir, la galerie de portraits referme ses portes. Six tableaux, six filles, toutes différentes, mais qui vont si bien ensemble.

Cette galerie de portraits, ce fut du plaisir, de la bonne humeur,  c’est maintenant du bonheur à partager!