Archives de catégorie : Inspirations

Un lieu improbable dans une ville magique.

Découvrir un lieu improbable dans une ville magique, Nantes, c’est amusant, surprenant. Ce lieu est situé sur une friche industrielle,  les anciens abattoirs de Nantes, son nom « TRANSFERT ». Nous sommes arrivés à pied en venant de Trentemoult après avoir pris le navibus. Déjà, c’était magique. Il y avait du monde, des bébés, des enfants, des ados, des adultes de tous âges. Autour de nous, un bateau, des constructions éphémères, des ateliers, un manège, des brumisateurs. C’était étonnant, convivial, on s’y sentait bien.

Nantes, c’est une ville que je connais bien, c’est MA ville, j’y suis née, j’y ai passé mon enfance. Ce jour-là, en me promenant, je l’ai redécouverte. Et comme dirait Luc, on se croirait dans une ville inconnue, très loin de chez nous.. et pourtant, c’est tout près, à portée de main.

Des photos qui me donnent envie de coudre…

Aujourd’hui, c’st la dernière étape de la rétrospective de l’année passée: retour sur des photos qui me donnent envie de coudre. Une émotion, des couleurs, un graphisme, tout est prétexte pour créer des ouvrages. Pour se souvenir, une photo, c’est le mieux.

Fontaine de fleurs
Création florale pour un mariage
Pic épeiche
Belle Ile en Mer
Nénuphars

La rétrospective est terminée!

L’été avance.  Je ferai encore des photos. Je choisirai encore des tissus et des fils pour, un jour, les retrouver et imaginer un ouvrage, celui que je n’ai pas encore réalisé.

Un château, un jardin, c’est du bonheur à partager!

Un château, un jardin, c’est du bonheur à partager! Après le château de Chaumont sur Loire  la semaine dernière, ce week-end, visite du château de Maintenon, puis le collège royal  de Thiron-Gardais, et  la semaine prochaine, ce sera le château de Chambord! Tout un programme.

Entrer dans un lieu historique, c’est découvrir l’Histoire et des histoires, c’est regarder, s’étonner, apprendre, se laisser surprendre, c’est aussi profiter des jardins et des paysages.

Un carrosse, comme ici au château de Maintenon, des sculptures à Chaumont sur Loire, les jardins racontent aussi une histoire.

Partager entre amis ces instants, flâner, s’asseoir sur un banc, bavarder, s’asseoir sur un banc, regarder les plantes, les reconnaître ou pas, s’interroger sur les façons de les cultiver, prendre son temps, se laisser bousculer par ce que l’on voit, c’est un plaisir dont je ne me lasse pas.

 

 

Un animal bien sympathique dans notre jardin.

Un animal bien sympathique habite  les plates-bandes de notre jardin. C’est l’escargot.

On le voit après une averse. Il va doucement, très doucement, il traverse la terrasse en prenant son temps.  D’accord, il mange les feuilles. Nous n’avons pas de potager, alors ce n’est pas grave!

L’escargot, c’est un animal familier. Tous les enfants le connaissent, et le reconnaissent. Il a sa maison sur son dos. Ses tentacules sont si amusantes, il suffit qu’il ait peur pour qu’il les rentre. Il va lentement, très lentement et pourtant, il va là où il veut. Il prend son temps.  C’est toujours avec plaisir que je le regarde. Dans un monde où tout va vite, où il faut se presser, c’est un modèle.

S’accorder du temps pour faire ce que l’on doit faire, ce pourrait être la devise de l’escargot!

Ce que l’homme a construit…j’admire souvent!

Ce que l’homme a construit, j’admire souvent, je déteste parfois, je suis étonnée toujours.

Un jour, j’ai rencontré Jeanne et avec elle, l’architecture. J’ai appris à regarder les bâtiments, à comprendre pourquoi et comment ils sont construits.

J’aime regarder les maisons, les ponts, les châteaux, les monuments célèbres ou pas. Un lavoir, un moulin, une usine, une cabane, c’est une partie du paysage, c’est important. Les traces de l’homme dans les paysages m’interpellent.

S’interroger sur un bâtiment, son utilité autrefois et maintenant, c’est le garder vivant.

Pendant notre tour de Belle-Ile à pied,  nous avons vu des paysages surprenants, des maisons ravissantes, de jolies églises, des phares, une citadelle de Vauban, des villages et… une citerne d’eau douce. Utile autrefois, admirée comme une oeuvre d’art aujourd’hui, elle est magnifique, posée là tout près de la mer.

 

Après la Sologne… à la découverte d’une île.

Après quelques jours en Sologne, je retrouve mes chaussures et mon sac à dos, direction le bord de la mer. Prendre le bateau, partir sur le sentier côtier, s’étourdir de couleurs et de sons, c’est ma nouvelle aventure. Pendant une semaine, je pars à la découverte de Belle-Ile en Mer.

Les vagues, les goélands, le coucou qui nous a accompagné tout au long de notre périple, les paysages de bord de mer, les fleurs, les maisons, le sentier côtier bien difficile dans certains endroits, la crêperie le soir, tout est très présent et pourtant je suis de retour en Beauce.

La randonnée occupait la journée. Tout le reste est oublié, je me laisse prendre par le moment présent. Marcher, ce n’est pas si facile, il y a le soleil, le vent, le chemin qui monte et qui descend. Marcher, c’est s’arrêter pour regarder un goéland qui niche dans la falaise, le mouvement des vagues, une petite maison, pour profiter du paysage, écouter le coucou chanter, visiter en passant un petite église…

Je suis de retour  en Beauce, j’ai la tête remplie d’images et de couleurs. Je retrouve la plaine, ma maison …et ma machine à coudre, mes tissus et mes fils.

Mes chaussures sont prêtes, je pars en randonnée!

Mes chaussures et mon sac à dos sont prêts. Je pars en randonnée pour plusieurs jours.

Je fais de l’art textile avec passion, intensément, peut-être trop parfois. Une autre activité remplit mes journées: la randonnée. Marcher, marcher longtemps, être dehors quelque soit la saison, partager, regarder, j’adore.

De ces voyages à pied, je ramène de la bonne fatigue, du bonheur, des souvenirs.  Il me faut créer, inventer, transcrire toutes ces émotions. L’envie de coudre devient forte, vite, vite,je retrouve mon atelier!!!

Alors, adieu tissus et fils! Bonjour, chaussures et sac à dos! Je pars en randonnée pour plusieurs jours. J’ai hâte de partir, de découvrir des paysages, de partager le temps  du chemin avec mes compagnons de route.

Petit bonheur…pendant la randonnée.

La rencontre avec des animaux pendant une randonnée est  un bonheur unique. Quand on marche, on parle, on rêve, on souffle, on regarde le paysage, on écoute le chant des oiseaux, le bruit du vent dans les branches et… on croise parfois des animaux.

Il y a les chevaux, les vaches, les moutons et les chèvres, les poules, les oies et les canards, les chevreuils, les lièvres, les  faisans, les hérons,  et puis, les grenouilles, les papillons, les sauterelles… A chaque fois, tout le monde s’arrête, regarde, commente. Le bonheur est là! Chacun retrouve son âme d’enfant!

Moi, j’aime voir les animaux dans leur milieu naturel. Regarder un animal, gros ou petit,  lui parler parfois, le photographier quand c’est possible, c’est du bonheur à partager. C’est un des plaisirs de la randonnée, il faut en profiter.

Une orchidée a fleuri, une jolie surprise ce matin!!!

Ce matin, une surprise m’attendait. Une orchidée avait fleuri, une fleur s’est ouverte pendant la nuit. Je suis toute émue en la regardant. C’est la première fois que cela arrive dans notre maison.

Je me suis occupée des orchidées tout l’hiver sans trop y croire:  placer les pots dans une pièce lumineuse, ouvrir le volet tous les jours, arroser mais pas trop, les regarder, les encourager à fleurir. Puis, j’ai vu pousser les tiges, apparaître des boutons de fleurs. Aujourd’hui, je découvre une si jolie fleur qui s’épanouit. C’est une belle récompense!

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de Pâques!!!

Les bourgeons de marronnier s’ouvrent.

Les bourgeons de marronnier s’ouvrent. Des feuilles apparaissent, elles se déplient lentement. C’est la magie du printemps!!!

Pendant longtemps, j’ai attendu ce moment. Je le guettais. Trouver des branches de marronnier avec des bourgeons bien gonflés, prêts à s’ouvrir, en cueillir quelques-unes. Puis, les mettre en vase pour montrer, expliquer comment, dans ce bourgeon si petit, était cachée une feuille.  J’ai aimé ces instants, j’ai aimé les partager.

Maintenant, je ne cueille plus de branches, plus besoin. Je surveille pourtant toujours les marronniers. Ce sont eux qui me disent que le printemps arrive!!!